« Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, la rédaction décimée

Carte de situation de l'attaque contre Charlie Hebdo
Carte de situation de l’attaque contre Charlie Hebdo | Le Monde.fr

Au moins deux hommes armés ont attaqué à l’arme automatique le siège du journal satirique Charlie Hebdo, au 10, rue Nicolas-Appert dans le 11e arrondissement de Paris, en fin de matinée. Parmi les douze victimes, les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous, et deux policiers, selon une source judiciaire contactée par Le Monde. Il s’agit d’ores et déjà de l’attentat le plus meurtrier en France depuis celui du boulevard du Temple en 1835.

Suivez l’évolution de la situation : En direct : des coups de feu au siège de « Charlie hebdo »

  • Douze personnes tuées

Deux hommes cagoulés et vêtus de noir se sont introduits vers 11 h30 dans les locaux de Charlie Hebdo, situés près du métro Richard-Lenoir. Munis de kalachnikovs, ils ont commencé à tirer sur les dessinateurs et journalistes réunis en nombre pour leur conférence de rédaction hebdomadaire. Au total, douze personnes ont été tuées lors de l’attaque, dont deux policiers, a indiqué le parquet de Paris en début d’après-midi. Une vingtaine de personnes ont également été blessées, dont quatre grièvement.

« Les attaquants étaient renseignés et savaient qu’il y avait le mercredi à 10 heures, la réunion de rédaction hebdomadaire. Sinon, le reste de la semaine, il n’y pas grand monde dans les locaux », explique une journaliste de Charlie Hebdo jointe par Le Monde, qui n’était pas sur place pendant l’attaque.

Sur le site de L’Humanité, la dessinatrice Coco, qui a vu les deux hommes de près, raconte :

« J’étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l’immeuble du journal deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu… ça a duré cinq minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau… Ils parlaient parfaitement le français… Se revendiquaient d’Al-Qaida. »

Selon nos informations, les assaillants se sont trouvés, sur place, face à un policier du service de protection des hautes personnalités (SPHP) en charge de la protection de Charb. Il est tué sur le coup.

Une vidéo prise par un journaliste de l’agence Premières Lignes montre que les assaillants ont crié « Allah Akbar » (« Dieu est grand ») au moment de commencer à tirer. Selon des témoins cités par des policiers, les agresseurs ont également crié : « Nous avons vengé le prophète ».

  • Les deux assaillants toujours en fuite

Dans leur fuite, les hommes ont visé une voiture de police. Sur cette photo que s’est procurée notre envoyée spéciale sur place, on peut voir les tireurs face à une voiture de police. Les assaillants ont fait feu, les policiers ont répliqué puis reculé.

La voiture des tireurs face à celle des policiers dans la rue de Charlie hebdo, le 7 janvier.

Selon i-Télé, les aissaillants auraient ensuite pris la fuite à bord d’une voiture noire et seraient passés par la place du Colonel-Fabien, en direction de la porte de Pantin, où leur voiture a été retrouvée. Là, ils ont changé de véhicule. Ils sont actuellement en fuite et activement recherchés par la police. Ni leur identité ni leur éventuel lien avec une organisation ne sont connus pour le moment.

Une source policière explique au Monde que « de très gros moyens sont mis en œuvre. On s’installe pour tenir dans la durée. Sont mobilisés les services de la DCPJ [direction centrale de la police judiciaire], de la PJPP [police judiciaire de la préfecture de police] et de la DGSI [direction générale de la sécurité intérieure]. Au total, près de 3 000 policiers sont actuellement mobilisés. »

Le plan Vigipirate a été relevé à « alerte attentats », le niveau le plus élevé, en Ile-de-France, a annoncé Matignon. Les sorties scolaires à Paris ont ainsi été suspendues jusqu’à nouvel ordre, selon le rectorat.

 

  • Hollande dénonce une « horreur absolue »
Devant les journalistes, François Hollande, qui s’est rendu sur place, a dénoncé « une exceptionnelle barbarie » visant un journal « c’est-à-dire l’expression de la liberté ». « La France est aujourd’hui devant un choc, devant un attentat terroriste, ça ne fait pas de doute », a-t-il asséné. « Dans ces moments-là, il faut faire bloc. »  M. Hollande « interviendra à 20 heures depuis l’Elysée » à la télévision.

Lire les réactions : Attaque contre « Charlie Hebdo » : « choc » et « horreur absolue » dans la classe politique

  • Menaces courantes et protection policière

Selon le rédacteur en chef Gérard Biard actuellement à Londres et joint par Le Monde, « les menaces étaient ressenties de façon moins forte ces derniers temps à Charlie Hebdo. L’attaque est d’autant plus choquante ».

Une journaliste de Charlie Hebdo, qui n’était pas sur place mais est en contact avec des collègues sur place, explique que « ces derniers mois, on ne sentait pas une inquiétude immense malgré les menaces »

« Bien sûr, nos locaux étaient sous protection policière, Charb était sous protection policière mais il se déplaçait parfois sans ses policiers, ce qui est un signe qu’il n’était pas inquiet à chaque instant. (…) Luz et Riss avaient eux aussi eu une protection policière mais elle avait été levée il y a un an environ. »

Selon nos informations, un des policiers tués était l’un des agents du service de protection des hautes personnalités (SPHP) chargé de la protection de Charb.

>> Lire le décryptage : « Charlie Hebdo », un journal régulièrement menacé

 



Related Articles

A un año del inicio de la operación “Margen Protector”: breves apuntes desde la perspectiva del derecho internacional

El 7 de julio del 2014, debutó la operación israelí en Gaza denominada “Margen Protector”. El saldo final elevaría la cifra a 556 niños palestinos muertos

On Academic Labor

How Higher Education Ought to Be

The following is an edited transcript of remarks given by Noam Chomsky via Skype on 4 February 2014 to a gathering of members and allies of the Adjunct Faculty Association of the United Steelworkers in Pittsburgh, PA. Prof. Chomsky’s remarks were elicited by questions from Robin Clarke, Adam Davis, David Hoinski, Maria Somma, Robin J. Sowards, Matthew Ussia, and Joshua Zelesnick. The transcript was prepared by Robin J. Sowards and edited by Prof. Chomsky.

On hiring faculty off the tenure track

That’s part of the business model. It’s the same as hiring temps in industry or what they call “associates” at Wal-Mart, employees that aren’t owed benefits. It’s a part of a corporate business model designed to reduce labor costs and to increase labor servility. When universities become corporatized, as has been happening quite systematically over the last generation as part of the general neoliberal assault on the population, their business model means that what matters is the bottom line. The effective owners are the trustees (or the legislature, in the case of state universities), and they want to keep costs down and make sure that labor is docile and obedient. The way to do that is, essentially, temps. Just as the hiring of temps has gone way up in the neoliberal period, you’re getting the same phenomenon in the universities. The idea is to divide society into two groups. One group is sometimes called the “plutonomy” (a term used by Citibank when they were advising their investors on where to invest their funds), the top sector of wealth, globally but concentrated mostly in places like the United States. The other group, the rest of the population, is a “precariat,” living a precarious existence.

Read more…

Without Words. Diary from Gaza by Mona Abu Sharekh

At the beginning of Israel’s current offensive against Gaza, I decided to start a diary, believing that words could make a difference. Then, after the Shajayya massacre, I stopped writing, and indeed talking, altogether.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment